Test du Nokia Lumia 800
Section : Article ordinateurs de poche
Auteur : ABREITHOFF
Date de publication : 28/11/2011
Imprimer cet article Imprimer
Envoyer cette article Envoyer


Page: 4

A l’utilisation (1ère partie)

 

Un écran Oled de qualité

Le Nokia Lumia 800 dispose d’un écran tactile de 3,7 pouces (9,4cm). Cette taille d’écran correspond aujourd’hui à un écran de taille plutôt réduite, face aux autres smartphones concurrents avec écran de 4 pouces (10,2cm), voire 4,3 pouces (10,9cm).

Son écran a une résolution de 800x480 pixels (WVGA), et cette résolution tend à disparaitre des modèles haut de gamme des autres constructeurs. HTC a revêtu cette année une résolution de 960x540 pixels (qHD) sur son Sensation, l’iPhone (4 & 4S) dispose depuis un an et demi maintenant d’une résolution de 960x640 pixels, et le dernier née de Google, le Samsung Galaxy Nexus affichera en 1280x720 pixels (720p).

Nous avons trouvé agréable cette résolution WVGA : associée à la taille de l’écran, on dispose d’une finesse d’affichage confortable.

 

C’est un écran capacitif de type Oled CBD (Clear Black Display) avec un traitement Gorilla Glass contre les rayures. Nous l’avons comparé à l’écran TFT classique du Samsung Galaxy Ace et à l’un des meilleurs écrans actuellement disponibles, l’écran Super Amoled Plus du Samsung Galaxy S2.

 

De gauche à droite le Galaxy S2, le Lumia 800 et le Galaxy Ace.

 

Les noirs :

 

 

En luminosité maximale :

 

 

Les angles de vision :

 

              

 

En luminosité minimale :

 

 

La qualité est au rendez-vous, les noirs sont bien noirs, les couleurs plutôt respectées quoi que tirant légèrement vers le rouge. Les angles de vision sont très bons, quasi identiques à l’excellent Galaxy S2.

 

En plein soleil, l’écran reste suffisamment lisible :

 

 

Nokia ne trahit pas sa réputation dans ce domaine, en proposant sur son Lumia 800 un écran de qualité suffisante pour en faire un point fort.

 

Une puissance difficile à définir

Le Lumia 800 dispose d’un processeur Qualcomm MSM8255 Snapdragon cadencé à 1,4Ghz avec coprocesseur graphique Adreno 205. C’est une génération de processeur simple cœur plutôt puissante que l’on retrouve également dans le Sony Ericsson Xperia Arc S et Xperia Arc ainsi que dans le HTC Desire HD mais en version 1Ghz pour les deux derniers. C’est un processeur plus rapide que celui disponible sur les smartphones Windows Phone 7 commercialisés l’année dernière, notamment le LG Optimus 7 (que nous avons testé ), d’autant qu’il est boosté à 1,4 Ghz, contre 1Ghz pour la précédente génération. La puissance brute de ce processeur n’atteint pourtant pas sur le papier celle des processeurs double cœur, apparus cette année sur le marché, notamment dans les Galaxy S2, LG Optimus 2X, Motorola Atrix et Sensation.

 

Il est toutefois difficile de juger la puissance de cet appareil tant la fluidité et la rapidité sont sans failles. Nous n’avons de plus pas de benchmark comparatif ni d’autres appareils sous la main pour juger du gain de puissance qu’apporte cette nouvelle génération de processeur.

 

 

Le seul benchmark gratuit que nous avons trouvé sur le kiosque de téléchargement Market Place, n’intègre pas de référence à d’autres modèles afin de pouvoir comparer.

 

A l’utilisation, une chose est sûre, ce smartphone est rapide et fluide, quelque soit la tache demandée. La navigation Internet ne déroge pas à la règle, ici en comparaison avec le Galaxy S2 :

 

 

Windows Phone 7.5 (Mango), une interface simplissime

Que trouverez-vous lors de votre première rencontre avec l’interface Windows Phone 7.5 (Mango) ?

 

              

 

Une interface simple à appréhender : deux écrans. Celui de droite, ressemble à un menu Applications, pouvant contenir 10 lignes d’applications. Celui de gauche, que nous appellerions logiquement Bureau, dispose de vignettes carrées (8 par écran), légèrement interactives mais plutôt grossières. Ces vignettes contiennent une palette de raccourcis (page web, contacts, photos ou vidéos…).

 

Je vous invite à redécouvrir notre test de l’Optimus 7, dans lequel nous avions détaillé les possibilités de l’interface Windows Phone.

Malgré le lot de nouveauté de la mise à jour 7.5, notre ressenti reste mitigé : si la simplicité reste un ingrédient du succès de l’iPhone depuis son lancement en 2006 (moins vrai depuis iOS 5, voir notre test de l’iPhone 4S), ce dernier s’appuie sur une interface plus jolie et colorée. Coté Windows Phone, les graphismes sont dénudés à l’extrême, voir monotone : un fond noir ou blanc, des carrés grossiers, unicolore en guise de vignette, légèrement interactive.

A l’inverse, le comble de cette interface, c’est qu’au-delà d’une trentaine d’applications et d’une vingtaine de vignettes, c’est le fouillis. On reste à mille lieux des possibilités offertes la concurrence en terme d’organisation, en premier lieu par l’interface Android : peu de widgets par page (8 contre 16 sur le bureau Android par exemple), pas de trie dans les applications, pas d’interaction avec les widgets, qui affiche des informations, mais ne permettent pas des actions…

 

Les applications par ordre alphabétique, lorsque l’on dépasse 30 applications, des lettres apparaissent :

 

              

 

Au final, une interface simple, qui gagne à le rester : dans le cas contraire, il faudra alors bien sélectionner la dizaine d’applications maximum que l’on souhaite rendre facilement accessible.

 

A coté de cela, l’interface dispose comme les versions précédente d’une réactivité et fluidité sans faille : aucun ralentissement à signaler, l’attente n’étant du qu’à la recherche réseau, inhérent à ce type d’appareil. De la même manière, aucune instabilité n’a été constatée pendant toute la durée du test.

 

Peu de temps d’adaptation nécessaire lors de la prise en main, c’est au final le principal avantage de cette interface épurée : les utilisateurs encore frileux face aux interfaces concurrentes pourront trouver ici une troisième voie, clairement la plus simple et la plus épurée. Les autres seront déçus par la froideur de l’interface (coté pomme) et le peu de possibilités qu’elle leur offrira (coté robot vert).

 

Des technologies intégrées complètes et précises et une mémoire limitée

Multipoint, accéléromètre, détecteur de proximité et de luminosité, Wi-Fi et Bluetooth : le Lumia 800 fait le plein de technologie. Seul le gyroscope manque à l’appel. Il sert habituellement à définir la direction du téléphone dans les applications de cartographie et de GPS.

 

La connexion Bluetooth a été testée avec succès avec un casque Nokia (BH-214) et un haut parleur Bluetooth Samsung (SBR510), et aucune différence de qualité n’a été détectée.

On regrette toutefois qu’il n’y ait pas de raccourcis pour gérer la connexion par vignettes, le menu d’accès à ce paramètre n’étant pas direct. Nous avons trouvé facilement cette fonctionnalité sur le kiosque de téléchargement Market Place :

 

       

Coté mémoire Nokia commercialise le modèle avec 16Go.

 

 

L’absence de lecteur de carte Micro-SD reste un gros défaut de cet appareil empêchant le transfert direct de photo ou de document, sans passer par un ordinateur, et l’ajout de mémoire complémentaire.

Au final, le modèle 16Go nous apparait un peu juste à notre gout, pour peu que l’utilisateur soit friand de multimédia (musique, vidéo…).

 

La téléphonie

Pour téléphoner et accéder à l’application de téléphonie, pas de bouton physique dédié à la téléphonie sur les smartphones Windows Phone 7, il faut appuyer sur l’icône Téléphone et affichant le nom de l’opérateur.

 

 

Le son est très correct et l’accroche réseau nous a semblé bonne, durant les quelques jours d’utilisation.

 

              

 

On regrettera ici une fois de plus la simplicité : il manque toujours quelques fonctionnalités, notamment la numérotation intelligente, option complémentaire à la fin de l’appel ou lors de sa réception, ou encore la possibilité de créer une liste de numéros favoris que l’on appelle régulièrement (Maison, Bureau,…).

 

On note toutefois l’apparition dans cette nouvelle version 7.5 de Windows Phone, de la possibilité d’avoir des groupes de contacts :

 

 

On aurait aimé que le Lumia 800 embarque une camera frontale et permette de faire des appels visio, d’autant plus que l’excellente application Tango (venue de l’univers Android), est disponible depuis peu sur le kiosque de téléchargement Market Place :

 

 

Cette application de téléphonie reste néanmoins très simple d’utilisation et facilement utilisable au doigt.

 

Une messagerie enfin à la hauteur

Le Lumia 800 propose une messagerie très classique. La gestion des SMS se fait en mode conversation, dans une interface toujours aussi dénudée.

 

 

              

 

Microsoft ajoute la gestion des messageries instantanées :

 

 

La consultation des Emails et la réponse aux messages se fait compte Email par compte Email :

 

 

Nouveauté de Windows Phone 7.5 (Mango) : un système de messagerie unifiée est proposé, afin de consulter les mails de tous ses comptes dans un seul écran comme le propose notamment le Galaxy S2 ou l’iPhone 4S.

 

 

              

 

Autre nouveauté de Windows Phone 7.5, la messagerie s’adapte au réseau disponible pour le correspondant. Par exemple, on commence une discussion en messagerie instantanée et si le correspondant se déconnecte, Windows Phone répondra automatiquement via SMS et inversement.

 

L’interface évolue favorablement, on peut maintenant n’afficher que les Emails non lus, créer des raccourcis vers des répertoires spécifiques sur la page d’accueil et organiser les messages par conversations.

 

 

On le voit, la mise à jour Windows Phone 7.5 améliore grandement la messagerie au sein de l’ensemble de la gamme des mobiles Windows Phone.

 

Pour une gestion simple de ses Emails, le Lumia 800 propose toute les fonctionnalités nécessaires et c’est assez intuitif et agréable à utiliser.

 

Intégration native des réseaux sociaux dans les PIM (informations personnelles de gestion (PIM)

La grande force de cette interface Windows Phone est l’intégration native des réseaux sociaux.

 

 

Calendrier, Contacts : peu de changements depuis le test du LG Optimus 7 dans ce domaine, sinon l’intégration des réseaux LinkedIn :

 

 

Très bon point ici : tout comme Android, on renseigne une seule fois le compte, et tous les éléments (contacts, agenda, mail…) sont automatiquement synchronisés dans les applications associées. Cette synchronisation, très efficace (peu de reprise manuelle à effectuer) oublie toutefois les Emails Facebook et messages Twitter par exemple, non synchronisé actuellement.

La recherche a été également améliorée, et apparait maintenant plus direct, même pour un critère secondaire comme la société.

 

 

Bonne nouvelle, on retrouve maintenant un lien depuis la fiche d’un contact vers des éventuelles données que l’on aurait échangées avec lui, comme des SMS, appels voix ou Emails par exemple.

 

              

 

On oublie facilement les quelques manques, comme l’absence de gestionnaire de taches : la mise à jour Windows Phone 7.5 rend cette interface bien plus aboutie et en fait une véritable réussite : sans conteste le plus grand point fort de ce Windows Phone Lumia 800.




Précédent |1| |2| |3| |4| |5| |6| |7Suivant


Imprimer cet article Imprimer
Envoyer cette article Envoyer


Publicité via Hi-Tech Régies
 

 

 


 


Les GPS chez Pixmania

/ © 2004-2007 - Tous droits réservés - GPSAndCo™