Test du Samsung Galaxy Note (GT N7000)
Section :
Auteur : ABREITHOFF
Date de publication : 9/12/2011
Imprimer cet article Imprimer
Envoyer cette article Envoyer


Page: 5

A l’utilisation (1ère partie)

 

Un écran hors norme

5,3 pouces, soit 13,5cm ! C’est la diagonale que nous offre l’écran du Galaxy Note. Alors que le Galaxy S2 intègre un écran de 4,3 pouces (10,9cm), son grand frère ne boxe clairement pas dans la même catégorie avec ces 13,5 centimètres de diagonale. Résultat : du jamais vu en confort d’utilisation, pour les jeux et les vidéos notamment (voir le paragraphe sur le multimédia).

Cette grande taille s’accompagne d’une résolution hors norme pour un mobile et associée jusqu’à présent aux seules tablettes : 1280x800 pixels (WXGA). Avec cette résolution, on oublie vite que la technologie est légèrement inférieure à celle du Galaxy S2. Le Galaxy Note dispose d’un écran Super Amoled, comme le premier Galaxy S, alors que le Galaxy S2 dispose d’un écran Super Amoled Plus. Samsung avait annoncé au salon MWC à Barcelone que cette nouvelle technologie d’écran permettait 50% de sous pixels en plus, ce qui lui donnerait un meilleur affichage.

Avec sa résolution, quasiment trois fois supérieure à celle du Galaxy S2 (en 480x800 pixels), on obtient une finesse d’affichage impressionnante.

 

Les Galaxy S2 et Galaxy Note avec la luminosité au maximum :

 

 

Les Galaxy S2 et Galaxy Note avec la luminosité au minimum :

 

 

Pas de problèmes de grain, de certaines couleurs pales ainsi que le flou sur certains textes affichés avec des petites polices rencontrés par certains sur le premier Galaxy S. Les couleurs de l’écran du Galaxy Note sont plus réalistes que celles de l’écran du Galaxy S2.

Comme pour ce dernier, les angles de vision sont excellents, parmi les meilleurs disponibles sur le marché actuellement :

 

              

 

Pour finir, Samsung nous gratifie d’un écran très lisible en plein soleil :

 

 

Au final, c’est un sans faute, voila encore un écran qui conforte Samsung et la rédaction, quant à la l’excellence de la technologie Amoled.

 

Un peu large pour la prise en mains

A la rédaction, ça fait longtemps que l’on utilise des smartphones avec grands écrans, notamment le premier smartphone 4,3 pouces (10,9cm), à savoir à l’époque le HTC HD2. Mais on était un peu circonspect sur l’encombrement d’un smartphone avec un aussi grand écran de 5,3 pouces. Et les premières prises en main lors des présentations presse du produit nous faisaient penser qu’il serait trop encombrant, notamment pour une utilisation quotidienne avec rangement dans la poche avant d’un jean. En fait que nenni, on s’y fait très vite, et il ne gêne pas, même quand on est assis ou pour des trajets en voiture.

En revanche, le Galaxy Note est très large et ça peut être gênant. Durant notre test, on avait la crainte qu’il nous échappe des mains alors qu’un de nos rédacteurs a plutôt des grandes mains ! Et surtout la manipulation à une main de l’écran tactile n’est plus aussi facile.

C’est un smartphone tactile qui s’utilise plutôt avec deux mains, encore plus bien sûr quand on sort le stylet.

Passé une période d'adaptation, certes assez longue (quelques jours), ces nouvelles habitudes de prise en main permettre de lever en grande partie la gêne associée. De même, tenir le smartphone à l'oreille n'a plus représenté de difficulté pour la rédaction une fois ce cap passé.

Au final, malgré nos réticences initiales, l'impression lors de cette prise en main est très positive au regard de la taille du smartphone. On est loin de l'impression dégagée par des appareils hybrides de même nature, comme le Dell Streak par exemple. La finesse du Galaxy Note (moins d'un centimètre) et son poids relativement léger (moins de 180g) n'y sont pas étrangers.

 

Des performances à la hauteur de nos attentes

Le Galaxy Note dispose du même processeur que le Galaxy S2, à savoir le processeur Exynos 4120 (nom de code Orion), avec deux cœurs ARM Cortex A9. Contrairement à son petit frère, ces processeurs ne sont pas cadencés à 1,2Ghz mais chacun à 1,4Ghz.

Le Galaxy S2 étant le plus puissant smartphone du marché actuellement, nous étions confiants sur les performances du Galaxy Note, et nous n’avons pas été déçus.

Pour tester les performances brutes de cet hybride, nous avons d’abord effectué des benchmarks sur trois applications.

 

Pour tester les performances graphiques (GPU) nous avons utilisé l’application GLBenchmark 2.1. Cette application prend en compte la nouvelle norme graphique OpenGL ES 2.0, prise en charge par le processeur de Qualcomm. Nous avons réalisés 3 tests Egypt : le test « Standard », le test « High », et le test « Offscreen ». Ce dernier test sans affichage écran permet de lever les écarts induits par les différences de résolution (résolution 720p simulée) et de lever ainsi éventuellement les blocages à 60fps (images par secondes) imposés par les constructeurs, afin de maintenir une meilleure autonomie (vu que l’écran ne peut afficher plus de 60fps).

Les résultats obtenu par le Galaxy Note sont de 29,6fps pour le test standard, 26,3fps pour le test Egypt High et 31,4fps pour le test « Offscreen » :

 

              

 

Ces résultats sont très bons, le Galaxy Note dispose d’une puissance brute confortable.

Par contre, il est étonnant de voir que le score du test « Offscreen » est inférieur à celui obtenu par le Galaxy S2 (36fps) lors de notre comparatif avec l’iPhone 4S

 

Pour tester les performances du CPU, nous avons choisi l’application Benchmark 2011, qui prend en compte l’architecture double cœur dans le compte rendu de ces performances.

Les scores obtenus par ce smartphone avec son processeur double cœur sont de 4200 pour l’index de productivité et de 2500 pour l’index de jeu :

 

 

Coté productivité, ces scores sont bien supérieurs à l’ensemble des smartphones double cœur disponibles sur le marché actuellement, en général en dessous de 3000. Coté index de jeux, c’est identique aux meilleurs smartphones double cœur, le LG Optimus 2X et le Motorola Atrix s’approchent de 2700 coté jeux.

 

Le test suivant a été réalisé avec l’application Vellamo, développée par Qualcomm afin de juger les performances de navigation Internet du terminal. Cette application disponible sur le kiosque de téléchargement Android Market, compare les performances des smartphones et tablettes Android concernant la navigation Internet : stabilité, vitesse de chargement des pages, fluidité lors des déplacements dans les pages, performance Javascript….

Le score obtenu par le Galaxy Note est de 960 :

 

 

Ce score est excellent, comparable à celui obtenu par les tablettes utilisant Android 3 (Honeycomb). A titre de comparaison, les autres smartphones double cœur réalisent un score autour de 750, le Galaxy S2 réalise 950.

 

Ce smartphone tient ces promesse et dispose donc d’une puissance brute impressionnante : il s’agit d’un Galaxy S2 sur vitaminé.

 

Qu’en est-il à l’utilisation ? Nous avons eu en main le smartphone plus de deux semaines et l’avons trouvé très réactif. Seule la fluidité de l'interface nous a laissé légèrement sur notre faim. Avec un Galaxy S2 très performant dans ce domaine des sa sortie, sa haute résolution de 1280x800 pixels l’handicape forcément en comparaison de son petit frère, qui reste pour nous légèrement supérieur.

 

Samsung propose toutefois une fois de plus une copie très soignée. Quelques légers ralentissements et lags sont à signaler malgré l’interface optimisée, mais rien de suffisant pour susciter l’agacement. La mise à jour vers la version 2.3.6 d’Android pendant notre test à permis de corriger en grande partie de ces difficultés.

 

Au final, le Galaxy Note est rapide et fluide : on ressent un confort d’utilisation parmi les meilleurs jamais rencontrés par la rédaction, au coté du Galaxy S2.

 

Des technologies intégrées complètes et précises

Multipoint, accéléromètre, gyroscope, détecteur de luminosité, de proximité, boussole, … L’appareil apparait complet et aucune de ces technologies ne semble souffrir d’un défaut d’implémentation.

Le récepteur GPS est sensible, étant même capable de trouver sa position à l’intérieur de notre appartement :

 

 

La connexion Wi-Fi a permis de conserver une connexion optimale au fond de l’appartement. Le débit est identique aux autres smartphones testés :

 

 

La connexion Bluetooth utilise la norme 3.0, comme sur le Galaxy S2. Nous l’avons testée avec succès avec un casque stéréo Sony Ericsson MW600 et un haut parleur Bluetooth Samsung (SBR510) :

 

 

On apprécie les raccourcis proposés par Samsung dans la barre de tache :

 

 

La mémoire appréciable

Coté mémoire ROM, Samsung met à disposition 1,9Go pour l’installation de programmes : c’est similaire au Galaxy S2, et largement au dessus de la moyenne des smartphones Android du marché. Cela suffira amplement pour installer plusieurs centaines d’applications sur le Galaxy Note :

 

 

Coté mémoire RAM, le smartphone dispose de 1Go de RAM pour exécuter les applications, dont 600 Mo disponibles pour l’utilisateur. C’est très confortable et aucune saturation n’a été rencontrée :

 

 

Le Galaxy S2 dispose de 16Go ou 32Go de mémoire supplémentaire. Parmi les 16Go de mémoire embarquée sur notre modèle de test, 11,5Go étaient utilisables.

 

 

C’est très confortable : cela permet de stocker sans nécessairement avoir besoin d’investir dans une carte Micro-SD complémentaire (qui permet de monter jusqu’à 48Go avec une carte de 32Go) :

 

 

Android 2.3 Gingerbread adapté à la résolution de l’écran HD

C’est une belle évolution de l’interface Samsung Touchwizz, la 4.0, que nous avions trouvé au printemps dernier sur le Galaxy S2. La version proposée sur le Galaxy Note apporte encore son lot de nouveautés, sans pour autant trahir la version proposée par son petit frère.

 

              

 

Cette interface profite ainsi toujours des forces d’Android 2.3 (Gingerbread), en termes d’ergonomie et de fonctionnalités : Navigation GPS, Services Google, Galerie photos notamment.

Samsung procède par petites touches pour ajouter de la valeur à l’interface standard d’Android, en proposant des raccourcis intuitifs dans la barre de notification, des widgets redimensionnables et un menu Application totalement paramétrable :

 

              

 

 

Des dossiers dans le menu Applications en un clic :

 

              

 

On dispose également d’un ensemble d’applications complémentaires plutôt réussis, comme un gestionnaire de fichiers, un magasin de livres et de magazines (voir ci-après), ou encore, un logiciel de retouche photos et vidéos.

L’explorateur de fichiers proposé par Samsung avec le Galaxy Note :

 

 

On note également la présence d’un logiciel de reconnaissance vocale avancée, qui évolue légèrement par rapport à celui du Galaxy S2, que nous avons comparé avec SIRI récemment :

 

              

 

Pour plus de détails, nous vous invitons à (re)découvrir la partie interface de notre test du Galaxy S2.

 

Sur le Galaxy Note, l’évolution logicielle est légère : on retrouve des widgets supplémentaires, une majorité permettant d’afficher l’agenda (semaine, jour, mois), un autre les taches, et un dernier les messages des réseaux sociaux. A noter que ce dernier nous ait apparut peu fluide à l’utilisation.

Les widgets Agenda très réussis :

 

              

 

 

Le widget pour les réseaux sociaux :

 

 

La grande évolution, qui constitue un des principaux attraits de ce Galaxy Note, c’est sans conteste l’adaptation de l’interface à la résolution élevée (1280x800 pixels). On retrouve tout d’abord un bureau de 5 lignes sur 5 colonnes contre 4 sur 4 pour le Galaxy S2. L’écran 5,3 pouces fait le reste : Samsung nous propose ainsi un espace confortable et aéré pour y mettre ses widgets.

 

A gauche le Galaxy S2, à droite le Galaxy Note :

 

              

 

Idem pour le menu Applications qui dispose donc de 25 applications par page au lieu de 16 par page pour le Galaxy S2.

A gauche le Galaxy S2, à droite le Galaxy Note :

 

              

 

Mais ce n’est pas tout, l’application Contacts affiche fièrement ces cinq onglets, alors que quatre seulement sont visibles d’un premier abord sur le Galaxy S2.

A gauche le Galaxy S2, à droite le Galaxy Note :

 

              

 

L’interface Calendrier subit également une excellente évolution qui n’est pas sans nous rappeler l’application existante sur les tablettes Samsung Galaxy Tab.

 

La vision annuelle :

 

 

La vision mensuelle, à gauche le Galaxy S2, à droite le Galaxy Note :

 

              

 

La vision hebdomadaire, trois jours et journalière :

 

              

 

 

La vision agenda, et les étiquettes pour changer de vues :

 

              

 

Un évènement :

 

 

Chaque widget profite de cette résolution inédite pour avoir un nouveau design, affichant ainsi bien plus d’informations.

Le widget calendrier, à gauche le Galaxy S2, à droite le Galaxy Note :

 

              

 

Enfin, l’application Email, ainsi que celle des SMS, comme pour le Galaxy S2, se divise en deux dés lors que l’on passe en affichage paysage. Mais cela trouve ici un véritable sens avec la résolution 1280x800 pixels.

 

Voila donc où réside une partie de l’intérêt de ce Galaxy Note, on aperçoit la volonté de Samsung de ne pas en faire qu’un gros téléphone.

On retrouve cette volonté jusque dans l’écran de veille. Plutôt réussi sur le Galaxy S2, il est pourtant revu graphiquement pour prendre la posture d’un écran de tablettes : entièrement paramétrable, il contient bien sûr les raccourcis vers les notifications.

 

              

 

On ajoute à cela un fond d’écran animé supplémentaire très réussi, permettant de faire défiler les photos de son choix sur le bureau, et nous avons déjà fait le tour des ajouts de Samsung à son interface depuis le Galaxy S2, en dehors de l’utilisation du stylet, que nous détaillerons plus loin :

 

 

Le tout propose une fluidité remarquable, tout juste la réactivité très bonne, souffre de la comparaison avec celle, sans failles, du Galaxy S2. Les plus exigent sentiront tout de même ici le poids de la résolution plus élevée de son grand frère. N’exagérons rien, le Galaxy Note se place parmi les meilleurs dans ce domaine au milieu des smartphones, loin devant les tablettes utilisant la version 3 d’Android (Honeycomb).

 

On retrouve au final, au rang des déceptions, un mix entre ce que Samsung n’a pas fait évoluer et une partie de ce qui provient de l’interface standard Gingerbread, résolument smartphone, et que le constructeur n’a pu masquer.

Au premier rang, l’application Gmail aurait besoin d’un sérieux lifting, de même le navigateur Internet par défaut force parfois l’affichage des pages mobile sur l’écran HD de 5,3 pouces, faute de ne pouvoir modifier le user agent pour celui d’un PC. Heureusement, plusieurs alternatives  existent, à télécharger sur l’Android Market : les applications Dolphin HD ou Opéra Mobile notamment.

 

 

A noter que toutes les alternatives n’apportent pas satisfaction : en téléchargeant les versions tablettes de plusieurs applications, le résultat n’est pas à la hauteur de ce que proposent les tablettes utilisant la version 3 d’Android (Honeycomb).

 

              

 

 

Enfin, de manière générale, l’écriture d’un texte en mode paysage fait injure à la résolution de l’écran : entre le clavier et l’affichage du texte rédigé, on couvre 95% de l’écran à chaque fois, comme ici dans le navigateur Internet.

 

Ecrire un SMS en mode portrait et en mode paysage, le clavier prend tout l’écran :

 

 

 

Ces quelques déceptions ne gâchent en rien notre impression positive. En termes d’expérience utilisateur, l’ensemble est redoutablement efficace, on navigue agréablement avec fluidité. A la rédaction nous sommes clairement emballés par cette interface, d’autant que le passage vers la version 4.0 d’Android (Ice Cream Sandwich) annoncé officiellement par Samsung pour le printemps prochain, pourrait bien gommer une bonne partie des défauts constatés ci-dessous.

On retiendra au final une interface Touchwizz qui atteint incontestablement son principal objectif, à savoir dépasser Android 2.3 Gingerbread et nous faire croire que nous avons dans les mains une véritable tablette.




Précédent |1| |2| |3| |4| |5| |6| |7| |8Suivant


Imprimer cet article Imprimer
Envoyer cette article Envoyer


Publicité via Hi-Tech Régies
 

 

 


 


Les GPS chez Pixmania

/ © 2004-2007 - Tous droits réservés - GPSAndCo™